Burundi : le président Nkurunziza met en garde les « déviants » de la vision idéologique du parti au pouvoir

Le président du Burundi, Pierre Nkurunziza, a adressé dimanche, une mise en garde « sévère » aux « déviants » de la vision idéologique de sa formation politique au pouvoir depuis le 26 août 2005, à savoir le Conseil National pour la Défense de la Démocratie-Forces pour la Défense de la Démocratie (CNDD-FDD).

  1. Nkurunziza, qui est également président du Conseil des Sages du CNDD-FDD (instance suprême du parti) depuis le congrès extraordinaire de cette formation politique organisé le 7 février 2007 au chef-lieu de la province de Ngozi (nord), a adressé une telle mise en garde au chef-lieu de la province de Cibitoke (ouest) dans une intervention durant une cérémonie marquant la clôture de la « semaine dédiée au combattant », édition 2017.

« Dorénavant, notre parti ne va plus tolérer la reproduction des dérapages déplorables en 2015. C’est pourquoi, bientôt à partir du début de l’année prochaine, des sanctions très sévères et exemplaires seront appliquées aux déviants de la ligne idéologique du parti, qui n’auront pas changé de comportements après de multiples avertissements qui leur été déjà adressés pour renouer rapidement avec la ligne idéologique au sein de notre parti », a-t-il averti en langue nationale, le kirundi, devant une assistance essentiellement composée des militants de son parti.

Le 20 mars 2015, en prélude à la crise électorale burundaise déclenchée le 26 avril de la même année, le parti CNDD-FDD a enregistré en son sein, ce que d’aucuns ont qualifié de « mouvement de frondeurs » opposés à la candidature du président Nkurunziza à l’élection présidentielle burundaise de 2015. Les meneurs de ce mouvement, comme son initiateur et ancien porte-parole du chef de l’Etat, Léonidas Hatungimana, se sont vus sanctionner par une « radiation » des rangs du parti au pouvoir.

« Je suis pour le redressement rapide des déviants. J’en connais déjà ici parmi vous qui sont en train de dévier de la vision idéologique de notre parti et j’en appelle à une vigilance par les responsables du parti à tous les niveaux, pour redresser à temps certains militants embarqués sur une trajectoire de déviation et ainsi éviter une reproduction de la situation ayant prévalu en 2015 », a recommandé le président burundais.

Les responsables du CNDD-FDD n’ont pas été « assez vigilants » en 2015, a-t-il déploré avant de déplorer que beaucoup de temps et d’argent aient été « gaspillés » en conseillant, en vain, aux déviants de la ligne idéologique du parti.

Sur ce, M. Nkurunziza a saisi l’occasion pour annoncer que dès le début de 2018, les déviants de la ligne idéologique du parti, qui ne se seront pas amendés, « en seront purement et simplement expulsés ».

« Pour ce faire, il sera appliqué une tolérance zéro aux déviants, afin d’opérer une rupture définitive avec eux sans qu’il soit trop tard. Désormais, il est hors question de perdre le temps. Aussitôt que ces déviants auront été conseillés trois fois successives sans s’amender, tous les responsables du parti, moi-même y compris, doivent purement et simplement les radier définitivement des rangs de notre formation politique », a-t-il insisté.

Le président Nkurunziza a souligné que les objectifs mis en avant par son gouvernement, ne visent des « intérêts d’un individu » ; mais se focalisent plutôt sur l’intérêt supérieur du peuple burundais.

Xinhua

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*